mercredi 11 novembre 2020

11 Novembre


Jean Peyre, à gauche, Poilu et résistant. Onze ans plus tard il sera fait chevalier de la légion d'honneur en présence de son fils René. Le musée de la résistance en ligne lui consacre quelques lignes dans les fiches consacrées à Georges Monot et Camille Gervais :

Contexte historique

Selon l’ouvrage Drôme Nord, Terre d’asile et de révolte, 1940-1944, dès la fin de l’année 1941, à Saint-Sorlin-en Valloire, Jean Peyre crée un groupe de Résistance en Valloire.

Il rassemble autour de lui René Marthouret, son épouse, receveuse des postes, le restaurateur Marius Sauvage (Mimi), le maçon Théodore Colongo (Théo), le fermier Jules Bonin et le menuisier Miachon. Jean Peyre assure la direction de ce réseau jusqu’au début 1944.



 

jeudi 22 octobre 2020

La bataille du 8 Mai 1945

 

« Pour des motifs de construction européenne, Valéry Giscard d'Estaing décide le 9 mai 1975 tout bonnement de supprimer les commémorations du 8 Mai 1945. Invité à l'Elysée le jour de l'annonce, le président allemand, Walter Scheel, déclara : "C'est avec une profonde satisfaction que j'ai pris connaissance de votre décision ne plus célébrer à l'avenir l'anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale." 

Le président de la République se justifiera lors d'un échange avec des journalistes à l'Elysée quelques semaines plus tard : "J'ai été frappé de voir que beaucoup de commentaires portaient sur la guerre, portaient sur la victoire, sur l'écrasement des adversaires, c'est-à-dire précisément sur ces démons que nous avons le devoir de faire disparaître de l'Europe d'aujourd'hui." Il dénoncera également sa surprise de voir les trottoirs vides autour de la place de l'Etoile lorsqu'il accompagnait son prédécesseur Georges Pompidou aux cérémonies. Valéry Giscard d'Estaing préféra célébrer le 9 mai, fête de l'Europe. 

François Mitterrand rétablit le jour férié

L'arrivée de l'Elysée de François Mitterrand marque le retour des célébrations du 8 mai et de ce caractère férié. Le Président a préféré écouter les nombreuses associations d'anciens combattants qui s'insurgeaient, depuis 1975, contre la suppression des commémorations. 

En septembre 1981, l'Assemblée nationale adopte le retour du 8-Mai comme férié. A l'époque, le ministre des Anciens combattants qui portait cette loi, Jean Laurain, déclarait que "le 8 mai sera une fête internationale de la liberté et de la paix à laquelle participeront les anciens combattants, les associations de jeunesse et d'Education nationale." »

Source - LCI

 

L’UFAC dirigée alors par René Peyre mena ce combat en première ligne. Voici son témoignage dans « Notre voix »

 

 

LA DEUXIEME VICTOIRE DU 8 MAI

 

 

« Le 23 septembre dernier [1988], l'Assemblée Nationale par 481 voix contre une, celle de M. COUVE DE MURVILLE, et deux abstentions, celles de MM. DEBRÉ et BARRE, adoptait la proposition de loi que le Sénat avait adoptée au mois d'octobre 1979, par 290 voix contre 0, tendant au rétablissement du jour férié du 8 Mai.

C'est une immense satisfaction pour nous tous, et un succès considérable porté par l'UFAC, les Unions Départementales de l'UFAC et les Associations membres de l'UFAC, dont la nôtre.

Dans un même élan de solidarité, nous avons protesté dès 1975 avec l'UFAC contre la décision surprenante et impopulaire prise par le Président GISCARD D’ESTAING de supprimer les cérémonies commémoratives du 8 Mai

De 1976 à 1979, l'UFAC, soutenue par les organisations précitées, s'est chargée de leur organisation à Paris et en province, prouvant ainsi l'attachement des Anciens Combattants et des Victimes de Guerre à la journée historique du 8 Mai 1945 et au culte du souvenir

L'UFAC, d'autre part, n'a cessé de réclamer pendant cette période le rétablissement des cérémonies officielles et du jour férié du 8 Mai.

Le journaliste Graf KAGENECK, qui m'avait interrogé sur le 8 Mai, publiait un long article dans le journal d'Allemagne Fédérale " Die Welt " du 5 avril 1980 sous le titre "GISCARD accepte le retour des 3 couleurs en mai, le mois de la Victoire ".

Cet article commençait ainsi

" René PEYRE est un chef d'armée sans uniforme, ni galons, ni bâton de maréchal. Il a si peu 1’ aspect militaire qu'on ne peut vraiment pas se l'imaginer en uniforme. Et malgré tout, il dirige une armée qui inspire la crainte et qui est forte de 2 millions d'hommes, l'UFAC. Elle vient de remporter en Europe une grande victoire. Lui et ses soldats inconnus de 40/45 ont réussi en un combat ardu qui a duré 5 ans à faire faire marche arrière au Président GISCARD D'ESTAING en l'obligeant à retirer son ordonnance de 1975 d'après laquelle le 8 Mai ne devait plus être considéré comme jour anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nationale socialiste ".

On ne pouvait souligner plus clairement le rôle décisif joué par l'UFAC dans cette affaire.

Effectivement, le Président GISCARD D’ESTAING nous a donné, en partie, satisfaction en rétablissant à l'occasion du 35eme Anniversaire de la Victoire de 1945 les cérémonies officielles. (1)

S'il n'a pas voulu rétablir le jour férié du 8 Mai, il a cependant admis, pendant la campagne des présidentielles, avoir commis une erreur psychologique.

Quant à M. BARRE, il a confirmé par son vote négatif du 23 septembre dernier le peu d'intérêt qu'il accordait aux Anciens Combattants, à leurs droits et à leurs mérites.

En revanche le Ministre des Anciens Combattants a déclaré à la Tribune l'Assemblée Nationale que " dans les jours qui précéderont chaque année le 8 Mai les médias seront fortement sollicités pour expliquer à l'opinion publique et surtout la jeunesse, au moyen d'articles de presse, d'émissions de radio et de télévision, les raisons de cette fête ".

De plus, M. LAURAIN a réitéré son désir de donner à la célébration du 8 Mai une dimension internationale à Paris pour qu'elle devienne une fête annuelle de la liberté et de la paix.

Au reste, pour la première fois, on peut voir dans le projet de budget des Anciens Combattants pour 1982 une ligne consacrée à la commémoration du 8 Mai et la dépense correspondante de 3 300 000 nouveaux francs.

Nous apprécions, avec l'UFAC, l'attitude compréhensive du Président François MITTERRAND et l'initiative du Ministre des Anciens Combattants.

Nous savons que nos détracteurs seraient ravis, si, lors des cérémonies du 8 Mai 1982, la participation des Anciens Combattants était inférieure à celle des années précédentes.

Nous ne leur procurerons pas ce plaisir. Nous serons aussi nombreux que d'habitude, nous nous associerons aux personnalités, à la population, à la jeunesse pour donner aux cérémonies le plus d'éclat possible. Nous souhaitons que la jeunesse soit informée, qu'elle sache que la date du 8 Mai 1945, l'une des plus importantes de l'histoire de l'Humanité, marque simultanément l'arrêt des hostilités sur le continent européen, la chute du régime nazi, la fin des tourments pour les rescapés des camps de concentration, la libération des peuples opprimés y compris celle du peuple allemand.

Nous pensons avec Jean JAURES et Aristide BRIAND que la coopération franco-allemande est la pierre angulaire de l'édifice européen, d'une Europe que nous voulons indépendante et pacifique. C'est pourquoi, chaque année depuis 1964, nous organisons avec nos collègues Anciens Combattants d'Allemagne Fédérale des rencontres de jeunes, des colloques d'adultes et des jumelages.

Nous constatons avec plaisir que le Président François MITTERRAND poursuit le dialogue engagé successivement par le Général de GAULLE et le Président Robert SCHUMAN avec le Chancelier ADENAUER et le Président GISCARD D'ESTAING avec le Chancelier SCHMIT.

Mais nous entretenons, d'autre part, des relations amicales avec nos camarades de Belgique, de Bulgarie, d'Italie, du Luxembourg, de Pologne, d'U.R.S.S. et de Yougoslavie. Nous soutenons ensemble les activités des quatre organisations internationales, la C.E.A.C., la C.I.A.P.G., la F.I.R. et la F.M.A.C. pour concrétiser l'espoir de paix, de justice et de fraternité qu'avait fait naître la resplendissante journée du 8 Mai 1945. »

 

Pour mon humble part, je pense que le rétablissement des cérémonies du 8 Mai 1945 ouvrit la voie à d’autres entreprises mémorielles, dont la plus frappante fut celle de la reconnaissance par Jacques Chirac de la responsabilité de l’Etat français dans la déportation vers l’Allemagne des juifs français.

 

 

(1)   https://www.elysee.fr/valery-giscard-d-estaing/1981/05/07/lettre-de-m-valery-giscard-destaing-a-m-rene-peyre-president-de-lunion-francaise-des-associations-danciens-combattants-et-victimes-de-guerre-paris-palais-de-lelysee-jeudi-7-mai-1981

lundi 19 octobre 2020

Jour de la Saint René



Va, pensée, sur tes ailes dorées,

Va, pose-toi sur les pentes, sur les collines,

Où embaument, tièdes et suaves,

Les douces brises du sol natal,

Salue les rives du Jourdain,

Les tours abattues de Sion,

Oh ma patrie si belle et perdue,

Ô souvenir si cher et funeste,

 Harpe d'or des devins fatidiques,

Pourquoi, muette, pends-tu au saule ?

Rallume les souvenirs dans le cœur,

Parle-nous du temps passé,

Semblable au destin de Solime,

Joue le son d'une cruelle lamentation,

Ou bien que le Seigneur t'inspire une harmonie,

Qui nous donne le courage de supporter nos souffrances.


Va, pensiero - Verdi - Nabucco -  Le chœur des esclaves




vendredi 16 octobre 2020

 

Brives La Gaillarde 2013 (3eme à partir de la gauche) avec le Colonel Plas


https://www.lamontagne.fr/brive-la-gaillarde/travaux-urbanisme/2013/05/04/es-anciens-combattants-des-ptt-honores_1539309.html

samedi 29 août 2020

Voler comme Bartabas …


La mort évènement indicible, c’est ce que dit en substance Peter Handke au début de son roman Le malheur indifférent, en évoquant le suicide de sa mère. L’écrasante expérience intérieure ne se résout pas au boyau égoutier, blasphématoire, des mots : « il a bien vécu, il n’a pas souffert etc. » Mais comment le dire ?

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien, répétais-tu ? Conversations alimentées par des lectures de d’Ormesson ou de Jean-Marie Rouart qui me manqueront.

L’Univers, cent milliards de galaxies peuplées chacune de 100 milliards d’étoiles. Un lieu fondamentalement hostile, radioactif. Les anciens grecs craignaient la foudre qu’ils avaient Déifié. Mais l’Univers est peuplé de monstres bien plus redoutables, quasars, pulsars, trous noirs en comparaison desquels notre soleil est une chiure de mouche.

Parfois, dans les franges des galaxies, régions plus calmes, apparaît la vie. Voici alors qu’une autre monstruosité surgit : l’évolution des espèces gouvernée par l’implacable mécanique darwinienne du sexe et de la mort. Prédation des étoiles, prédation du vivant.

Il se peut comme l’indique Gérard Klein dans la préface du roman Héritage de Greg Bear qu’un processus de type Lamarckien soit apparu au début de la vie organique. Des bactéries, ou entités monocellulaires auraient fonctionné selon le principe de la coopération, du partage d’informations, à l’image du corps humain ou de nos sociétés modernes. Dans ce contexte, on se prend à rêver de formes d'existences où la disparition de l'individu ne serait plus un préalable à la préservation de l'espèce.

Bienvenue donc dans l’enfer darwinien, bienvenue à ma disparition prochaine. Que valent nos idéaux, nos créations au regard de la mort programmée ? Deux fragiles sondes Voyager témoigneront dans l’abime du temps, quand notre soleil sera éteint, de ce que fut notre espèce.

Et Bartabas et ses chevaux en apesanteur.

Hommage de Jean-Louis Peyre lors des obsèques du 30/11/2019 de René Peyre


René Peyre est né le 29 janvier 1922 à Saint-Sorlin en Valloire.

Ses parents, Jean et Marie-Louise furent boulangers et exploitants agricoles.

Sa jeunesse comme celle de toute une génération fut marquée par la guerre. Il refusa le STO et suivit son père Jean dans la résistance au sein du réseau Drouot Lhermine

A la Libération il entra dans l’administration des postes et télécommunications. Il y effectua toute sa carrière professionnelle. Il devint Directeur Départemental, et fut chargé de mission dans les cabinets ministériels de Jacques Marette et Yves Guéna. Il fut membre du Conseil Economique et Social de 1984 à 1986.

Sa grande passion fut celle de la défense des droits moraux et matériels des anciens combattants



Dans le cadre de ces activités il a fondé plusieurs journaux dont UFAC Informations en 1981, et Notre Voix en 1969. Il a cofondé avec MM Théus et Colas des Franc Le fonctionnaire Ancien Combattant.


A la suite du traité de l'Élysée signé en 1963 par le Président Charles de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer, il organisa à partir de 1964 des rencontres de jeunes français et allemands.

Il laisse d’innombrables éditoriaux et articles, inspirés par ses maitres Albert Camus et René Cassin. La nécessité de consolider la construction européenne, la défense de la paix, l’avènement d’un humanisme universel furent ses idéaux.

Il éprouvait une grande admiration pour son cousin Marcel Achard, académicien, auteur de pièces de théâtre à succès et dialoguiste des films de Max Ophuls.


Les anciens combattants perdent une voix irremplaçable.

Sa famille pleure un géant.

Je voudrais terminer par une anecdote personnelle :

Notre père aimait ressortir une réplique culte de cinéma dont il avait fait sa devise. Dans un très vieux film de 1943, Marie-Martine, le jeune Bernard Blier gravit un escalier en compagnie de son oncle joué par Saturnin Fabre. La maison n’a pas d’électricité et les deux hommes progressent à la lueur des bougies. De temps à autre Saturnin Fabre se retourne vers son neveu et lui dit : « Garde ta bougie droite ! »

C’est ce que je vais essayer de faire Papa. Donne-moi un peu de ta force pour poursuivre la route.

mardi 25 août 2020

Officier de la légion d'honneur le 23 Mai 1991

François Mitterrand,  René Peyre entouré de Hervé Bazin (les Lettres), et du Professeur Luc Montagnier (Les Sciences)